•  

    Sensation... Arthur RimbaudRepos serein et tranquille pour ce grand poète romantique,

    Place Teilhard de Jardin,

    Arthur Rimbaud...

    Sensation... Arthur Rimbaud

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au Grand Palais, bohème, on peut le retrouver ici dans

    ... Ma bohème (Fantaisie)... Arthur Rimbaud au Grand Palais

     

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • aurelie airoude la femme du lac rouge

    Une jolie fleur de lotus rapportée, numériquement parlant, du Vietnam, est à l'origine d'une intéressante découverte; celle d'une romancière, Aurélie Auroude.

    Je lui ai offert cette fleur, elle m'a offert son livre, je l'ai dévoré, je l'ai apprécié, je lui ai livré quelques unes de mes impressions que voici.

    Globalement, j’ai vraiment bien aimé.

    Le style est vif, alerte, je ne me suis pas du tout ennuyé (en fait, quand un livre m’ennuie, j’ai tendance à en abandonner sa lecture assez vite…) et je l'ai lu assez rapidement, le vocabulaire est riche, on ressent la volonté de trouver le bon mot, et bien sûr, l’histoire et son écriture tiennent en haleine comme il se doit dans le genre, la mise en parallèle, directe et indirecte, de ces deux pays, jadis en guerre, aux cultures et modes de vie à l’opposé, est bien brossée et donne de l’intérêt au processus d’intrigue que le lecteur a hâte de découvrir.

    Pour avoir eu la chance de parcourir ce très beau pays qu'est le Vietnam, je comprends le (bon) goût du héros pour son pays d'origine, au peuple si sympathique, courageux, et travailleur, à ses femmes si jolies...

    Il y a certes quelques moments épiques en limite du vraisemblable  (la délivrance de Chan, et plus tard, des filles retenues) mais après tout, on est ici dans une fiction, et pourtant, on voit bien que l’on pourrait relever de semblables histoires faisant écho dans la presse des faits divers d’aujourd’hui ; où la fiction se frotte au réel en quelque sorte !

    La fin ouvre le champ à divers scenarii, au libre arbitre de son imagination.

     

    En bref, c’est un bon livre que je recommande pour passer un bon moment de lecture, ses 256 pages se dévorent sans modération !

     

    Il est disponible aux éditions  iPagination et peut être commandé sous format numérique ou classique; toutes infos utiles i c i

      

    couv"Hoài est un écrivain torturé. Comme tous les écrivains ? Pas si sûr. New-Yorkais d’adoption, il s’enterre dans un quotidien où il ne trouve plus l’inspiration. Et si la solution était de retourner où tout a commencé, sur les rives du Lac Rouge? Là où il a rencontré la femme qui lui offrira le plus beau des cadeaux par sa mort, un best-seller ?

    Seulement voilà, dix-huit ans plus tard, plus rien n’est pareil, et le Viet Nam ne va pas l’accueillir à bras ouverts, le plongeant dans tous les tourments. D’ailleurs, pendant son absence, ses fans se languissent de lui. Au point de tuer ? Combien de sang ici et ailleurs devra couler pour que Hoài retrouve la passion ?

    Un voyage au cœur de l’exotisme. Une action à vous mettre hors d’haleine. Une douleur à vous prendre aux tripes. Une sensualité à faire battre votre cœur. La femme du Lac Rouge.

     

    La femme du Lac Rouge est un thriller palpitant, où, tout en restant dans une terrible réalité très fondée, le pire est toujours capable d’arriver. Quelle douleur est-elle la pire ? Celle du corps ou de l’esprit ?"

    La fleur de lotus qui a l'honneur de faire la couverture est parue dans ces pages en guise d'adieu au Vietnam

     

    Bonne lecture

     

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Un livre ouvert,  délicatement posé sur un banc,  on peut y lire,  "Je ne suis pas seul",  un poème écrit par Paul ELUARD en 1939.  Chaumont sur Loire Festival Int. des jardins

    Dans le thème de la poésie amoureuse, ce joli poème est extrait de "Médieuses" (féminin pluriel de "Mes dieux"), un hommage à la féminité rendu par ce grand poète français, né le 14 décembre 1895 à Saint Denis, mort le 18 novembre 1952 à Charenton le pont.
    Chaumont sur Loire Festival Int. des jardins de couleurs je

    "Je ne suis pas seul"... car le compteur Neo Workx installé (*) il y a moins de 16 mois vient de franchir le cap des 100.000 visiteurs venus de 151 horizons différents de par le monde... Forcément, ça fait chaud au coeur, alors, sincèrement,  je vous en remercie chaleureusement et je suis heureux de renouveler à cette occasion mon précédent message du 2 mai dernier lors du passage des 100.000 visiteurs depuis la naissance de ce blog, un message au titre mystérieux :

               100000...314000...3600...et 1


    (*) Cet article est une copie issue du blog imagesdubeaudumonde.com

    J'ai lu et capté ce poème à livre ouvert à Chaumont-sur-Loire le 19 septembre 2009, lors du Festival international des jardins de couleurs...

    Mais pour illustrer ce joli poème, je vous propose de revenir à Paris, une ville où l'on se sent rarement seul, plus précisément île Saint-Louis, sur la pointe, où des couples d'amoureux se persuadent qu'à deux on est plus forts que tout...
    Paris pointe ile saint louis amoureux
    Photo île Saint-Louis, Paris, le 12 septembre 2008.

    Pour revisiter la trilogie de Chaumont-sur-Loire, c'est :

    Trois couleurs : bleu   - Trois couleurs : blancTrois couleurs : rouge

    Quelques huit mois plus tôt, nos amoureux n'auraient pu profiter du même agrément, les pavés étaient sous l'eau... mais c'était à l'autre pointe !

     On y était en effet  au raz des flots

    Visiteurs du monde, encore MERCI...


    Les photos de ce billet sont visibles en grand par un clic.


    Quand les hommes vivront d'amour
    Gilles Vigneault Charlebois

    envoyé par Golgot38.

     

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique