• Myrto, la jeune Tarentine

    Drame à l'antique pour Myrto, la jeune Tarentine, décrit si poétiquement par André Chénier, et sculpturalement gravé dans le marbre par Alexandre Schoenewerk.

    Orsay la jeune Tarentine

    La jeune Tarentine

     

    Pleurez doux alcyons ! ô vous, oiseaux sacrés,
    Oiseaux chers à Thétis, doux alcyons, pleurez !

     

    Elle a vécu, Myrto, la jeune Tarentine !
    Un vaisseau la portait aux bords de Camarine :
    Là, l'hymen, les chansons, les flûtes, lentement,
    Devaient la reconduire au seuil de son amant.
    Une clef vigilante a, pour cette journée,
    Sous le cèdre enfermé sa robe d'hyménée
    Et l'or dont au festin ses bras seront parés
    Et pour ses blonds cheveux les parfums préparés.
    Mais, seule sur la proue, invoquant les étoiles,
    Le vent impétueux qui soufflait dans les voiles
    L'enveloppe : étonnée, et loin des matelots,
    Elle crie, elle tombe, elle est au sein des flots.

    Elle est au sein des flots, la jeune Tarentine !
    Son beau corps a roulé sous la vague marine.

     

    Thétis, les yeux en pleurs, dans le creux d'un rocher
    Aux monstres dévorants eut soin de le cacher.
    Par ses ordres bientôt les belles Néréides
    S'élèvent au-dessus des demeures humides,
    Le poussent au rivage, et dans ce monument
    L'ont, au cap du Zéphyr, déposé mollement ;
    Et de loin, à grands cris appelant leurs compagnes,
    Et les Nymphes des bois, des sources, des montagnes,
    Toutes, frappant leur sein et traînant un long deuil,
    Répétèrent, hélas ! autour de son cercueil :
    " Hélas ! chez ton amant tu n'es point ramenée,
    Tu n'as point revêtu ta robe d'hyménée,
    L'or autour de tes bras n'a point serré de noeuds,
    Et le bandeau d'hymen n'orna point tes cheveux. "   

     

    André Chénier (1762-1794) - Poésies Antiques

     

     

    Mais quel rapport entre ces oeuvres magnifiques et le titre me demanderez-vous... à juste titre ?

    - Aucun à vrai dire, sauf celui-ci, ténu au possible je l'avoue.

     

    Ce matin, découvrant dans mon administrateur (de blog) que j'étais encore dans le Top des Tops, j'y suis allé derechef pour constater de visu l'environnement que voici...IBM 2010 12 16 top top 731

     

    Et comme vous pourrez le constater, si l'envie vous prend d'aller voir aussi, juste avant mon blog se trouve ce blog 730 :

    "Enfin ! Tout sur notre poitrine ici"

     

    Par curiosité, j'y suis allé faire un tour, côté "célébrités" au hasard, et je m'y suis ma foi un brin amusé !

     

    C'est vrai, le sein est grand évocateur de vie, à dessein d'ailleurs...

    "mammaire, ma mère, mer nourricière, comme la mer, au sein de, dans le sein des saints, etc..."

     

    De fil en aiguille, ainsi est né mon désir de faire quelques sujets sur ce charme anatomique qui fait tant pour la grâce féminine, et puisant dans mes photos de musées, je n'ai pas eu de peine à en choisir quelques unes que j'aurai le plaisir de vous montrer un peu plus tard...

     

    La jeune Tarentine est exposée au Musée d'Orsay (Paris 7ème); elle est l'oeuvre d'Alexandre Schoenewerk (1820-1885).

     

    La photo date du 19 avril 2006.

     

    J'ai trouvé le texte de ce poème sur le site de  inlibroveritas.net  

    (un site fort riche au demeurant).

     

    Par ailleurs, il se trouve que ce blog a aussi l'honneur de figurer dans le Top "Loisirs et culture" !IBM 2010 12 16 top loisirs culture 73

    Il se trouve en bonne compagnie avec un blog (71) dédié à Istanbul, voir notamment cette belle et très étonnante  mosquée féminine, un autre sur la ville de Metz, un autre sur la lecture, etc...

     

     

    Je précise à toutes fins utiles que ce type de classement est purement "honorifique" : il n'apporte ni ne rapporte rien, sauf peut-être un ressenti de satisfaction, mais comme on en ignore les critères de calculs, n'ayez nuls regrets si vous n'y êtes pas car ça ne signifie pas que votre blog n'est pas au Top, il l'est sûrement pour vous parce-qu'il est votre oeuvre, et la plus grande satisfaction que l'on éprouve à faire vivre un blog, je crois, est celle que l'on ressent soi-même aux créations que l'on y produit.

     

    Et puis surtout, c'est un espace de créativité et de liberté où l'on peut s'étendre, quand on en a envie, sur des sujets bien charmants comme celui-là !

     


    « Fontaine Medicis au jardin du LuxembourgArt sur barrique à Montpellier »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :